14
novembre
2009

images C. Levi-Strauss à Borrocco (Brésil)

en 1936 alors qu’il travaillait arduement

à la confection d’une teinture bleu qui

allait laisser une empreinte indélébile

sur le siècle en cours.

C’est un des derniers grands de ce siècle dont l’humanité aura à faire le deuil. Travail difficile, tâche complexe, tant la prise en compte de l’autre a été au centre des débats idéologiques du XXe siècle. Claude Lévi-Strauss qui vient tranquillement de s’effacer, laissant derrière lui l’image d’un centenaire honorable et respecté, aura toujours été l’ardent défenseur de cet “autre”; toujours, jusqu’aux plus lointains.

De ses recherches approfondies sur les “structures élémentaires de la parenté entre bleus” il parvint à extraire la substantifique moelle : à base de pistils de Shtryncoriafus Liccyaée, de décoction d’écorces mixtes, d’os broyés et d’enzymes salivaire d’enfant Caduveo il concocta la formule révolutionnaire qui allait le faire passer à la postérité; l’unique blu di Gena, atypique, inédite, originale, ne serait-ce que par la fausse indication que véhicule son nom. Le tailleur ethnologue rappelait ainsi ses – lointaines – racines outre-alpines.

Toutefois, ce n’est que bien plus tard qu’il en obtiendra bénéfices de sa mirobolante découverte même si “ d’emblée, (il a) eu l’intuition d’une prodigieuse avancée, de quelque chose qui allait tout bousculer, et les mœurs plus précisément. “

En 1940, C. Lévi-Strauss est bien entendu exclu de l’intelligentsia française d’alors par le régime vichyssois pour cause évidente de judéité. C’est alors qu’en apparatchik hors pair il décide de se lancer dans une vaste étude sur les rites de la fabrication des cravaches en fibre de micocouliers. Direction Nîmes. En 1942 il fait la rencontre opportune de Jean Larchepantelante, directeur associé  des ateliers de filage de coton organique nîmois. Tout va alors très vite.

Claude, par une nuit de Juillet comme seul le Sud de la France en connait les secrets est pris d’une frénésie créatrice sans précédent. Trois coups de crayons suffirent à créer un patron. Ses expériences au sein des peuplades primitives  nord-américaines, plus particulièrement l’art des peintures corporelles guerrières, lui permirent d’esquisser un logo aux motifs universels. Voilà. Le Levi’s Strauss était né.

logo

La suite est  de longue date devenue chose publique. Les congratulations lénifiantes de De Gaule et Churchill pour son “admirable implication auprès du peuple, sa proximité exempte de toute condescendance avec les classes ouvrières” ( “yep, that’s godm’ right”), l’invitation d’Eisenhower après son élection de 1953, la rencontre avec J. Wayne, l’explosion démentielle des ventes, chez les hommes d’abord, puis, à partir des années 60 les femmes s’y mettant également, la pléthore des contrefaçons aidant, le blue-jeans devient le vêtement le plus porté au monde. James Dean, Marlon Brando, Mick Jagger, Bob Dylan, jusqu’à Trotsky quelques jours avant son assassinat, tout le monde porte le désormais fameux Original Levi’s. C’est la consécration.

Au demeurant, Claude Lévi-Strauss du sommet de son empire, reste un homme d’étude, discret, une sorte d’éminence grise profondément humaniste. Son attachement au labeur est tel qu’il refuse, non sans persévérance, tous les barouds d’honneurs. Et il continuera de travailler sans relâche: nouvelles raisons, nouveaux modèles, opiniâtre jusque dans ses derniers retranchements.

levi's Une des dernières campagnes publicitaire.

Le souci de structure, l’éthique sauvageonne,

l’influence des arts dits ” primitifs”,

notamment du tatouage transparaissent ici.

Après André Marlbraux, Hubert de Santiaguès, c’est au tour de l’ ‘homme qui aura mieux que quiconque contribué à forger l’une des structures mythologiques fondamentales du XXe siècle de nous quitter.

Regrets éternels.

Commentaires.

avatar
16 novembre 2009 - 14 h 51 min

sans tout ca on se serait probablement retrouvé à poil.

avatar
16 novembre 2009 - 14 h 52 min

ah oui et moi aussi je veux le droit fondamental d’appuyer sur c et de me voir recompensée par une divine requete ajax

avatar
P.R La Tache
17 novembre 2009 - 22 h 46 min

Mr propre tu veux dire ?